Proclamation faite : le 16 octobre 2014
Nombre de votes valides : 443

Les candidats élus entreront en fonction dès le 1er janvier 2015.


 

ELECTIONS_Photos_NAMUR_7.jpgFrançois ELLEBOUDT
Membre effectif - 74,51 voix obtenues 


Date de naissance : 02 janvier 1975
Siège d’activité : Le Roulx
Statut professionnel : indépendant

L’Ordre des Architectes ?

Souvent on critique,

Rarement on s’implique.

En alternative à cette réalité, je propose ma candidature pour le renouvellement des membres du conseil de l’ordre de la province de Namur.

Architecte indépendant depuis 1998, je tente modestement d’exercer la profession avec conviction et passion.

Aujourd’hui, je suis disposé à m’impliquer dans la défense de la profession.

S’il est possible de défendre la profession d’architecte, dans ce qu’elle a de plus noble, mon engagement dans ces élections 2014 ne sera pas vain.


 

ELECTIONS_Photos_NAMUR_8.jpgDominique BERTRAND
Membre effectif - 66,45 voix obtenues


Date de naissance : 17 février 1953
Siège d’activité : Malonne
Statut professionnel : indépendant

Inutile de rappeler aux Architectes tout ce qui ne va plus (concurrence déloyale, marché mixte de plus en plus la règle, concours bidons, responsabilité accrue, charges administratives et normes de plus en plus contraignantes, grignotage de notre monopole, permis d’urbanisme… ).

Ceux qui essaient encore de pratiquer leur profession en toute indépendance et en s’efforçant de rendre un service de qualité le savent très bien. Il devient de moins en moins possible de vivre décemment du fruit de notre travail. Les commandes se raréfient d’année en année et quand elles sont là, les tâches qui nous sont imposées deviennent de plus en plus lourdes et de moins en moins rémunérées. 

Le constat est fait depuis plus de 20 ans. Rien n’a changé depuis et pire, cela s’aggrave de jour en jour.

Je pense qu’il est temps de tourner la page de cette réforme qui était sans doute nécessaire mais imaginez un peu que cela fait 15 ans qu’on en parle. Que d’énergie perdue au détriment de l’avenir des Architectes ! Que d’argent dépensé. Stop.

Il est plus que temps de s’attacher aux fondamentaux de ce qui ne va plus pour sauver ce qui peut encore l’être, et vite. Nous devons maintenant consacrer  toute notre énergie  et nos moyens pour nous battre contre tout et tous ceux qui par leurs actions contribuent volontairement ou inconsciemment au démantèlement de notre profession.

Si je suis élu, ce sera ma priorité et mon engagement. 


 

ELECTIONS_Photos_NAMUR_5.jpgAntoine LEROUGE
Membre effectif - 57,06 voix obtenues


Date de naissance : 07 septembre 1971
Siège d’activité : Namur
Statut professionnel : indépendant

Actif au sein de l’Ordre des Architectes de la Province de Namur depuis 6 ans, j’ai pu mettre en œuvre ce qui me tenait à cœur concernant la qualité des stages, la prévention et les conseils avant la sanction.

Depuis 2008, l’évolution que je souhaitais dans tous ces domaines s’est enclenchée et fort d’avoir pu tenir mes engagements jusqu’à aujourd’hui, mon souhait est de pouvoir les mener à terme.

Mon expérience m'a déjà permis d'être disponible pour répondre aux questionnements relatifs à la profession de certains d'entre vous et je souhaite pouvoir continuer à le faire avec efficacité.

 

Je trouve ici l’occasion de vous remercier de m’avoir fait confiance il y a 6 ans et espère que vous me permettrez de reconduire un nouveau mandat pour poursuivre mon combat pour la reconnaissance de notre profession et l’amélioration des services que doit offrir l’Ordre des Architectes à chacun.


 

ELECTIONS_Photos_NAMUR_1.jpgMarc POLL
Membre effectif - 51,66 voix obtenues 


Date de naissance : 22 juillet 1952
Siège d’activité : Jambes
Statut professionnel : indépendant

Un grand merci tout d’abord à tous ceux qui en 2008 m’ont permis de vivre cette expérience enrichissante.

Après plus de 37 ans de métier, je conserve un enthousiasme intact pour celui qui est le nôtre. « Quel métier de m…. mais quel métier formidable ! ». Je suis conscient cependant des défis auxquels il va falloir faire face dans les années futures de manière à ce que le rôle fondamental que nous pouvons (devons) jouer, tant pour les individus que pour la société, puisse perdurer alors même qu’il est absolument urgent de le faire évoluer.

Au delà de notre mission de concevoir des constructions, nous devons également  prendre la responsabilité de ne pas nous égarer dans les formes et agir comme révélateurs d’architectures invisibles et tisseurs de relations. Un projet de construction durable doit aller au delà des programmes apparents des Maîtres d’Ouvrages car bien souvent ceux-ci cachent d’autres besoins, réels mais inconscients. C’est du moins ma conviction personnelle.

En tant que président de la commission de stages, j’ai eu l’immense plaisir, avec l’aide efficace de toute la commission, d’aider nombre des plus jeunes de nos confrères à franchir le pas décisif qui sépare l’école de la vie professionnelle.

De manière résolue, au niveau du CFGOA, je me suis battu pour que le suivi du stage ne se résume pas dans l’avenir à un futile examen en fin de parcours mais qu’il reste un accompagnement et une guidance. Et ce combat n’est malheureusement pas terminé.

Comme médiateur agréé en matières civile et commerciale, le seul architecte-médiateur de tout le canton de Namur, je tente de promouvoir les M.A.R.C. (modes alternatifs de résolution de conflits) au sein des instances de l’Ordre, estimant que ce dernier pourrait rendre de précieux services, tant à ses membres qu’aux tiers, dans un domaine plutôt conflictogène.

Aujourd’hui je suis certain, si vous m’en donnez l’opportunité, de pouvoir relever ce challenge. Un grand merci déjà à tous ceux qui voteront pour moi. 

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, mais
c’est parce que nous n’osons pas qu’elles deviennent difficiles
Sénèque

 


 

ELECTIONS_Photos_NAMUR_4.jpgFabian LOSANGE
Membre suppléant - 43,53 voix obtenues 


Date de naissance : 22 janvier 1975
Siège d’activité : Isnes
Statut professionnel : indépendant

Cela fait près de quinze ans maintenant que les stages sont derrière moi et force est de constater que nous avons finalement peu de contacts avec l’Ordre des Architectes. Il me semble par ailleurs que l’Ordre est peu reconnu de la profession mais également du grand public.

Je ne sais si ce sont les architectes qui s’en détournent ou l’Ordre qui ne s’en rapproche mais j’ai le sentiment qu’un travail doit être poursuivi en vue de motiver chacun dans son rôle et ainsi parvenir à redorer le blason de la profession. Ce n’est que trop souvent que nous paraissons le passage obligé et non la plus-value.

Mon engagement serait celui de revaloriser la profession en la faisant évoluer vers un modèle en pleine concordance avec le monde immobilier d’aujourd’hui.


 

ELECTIONS_Photos_NAMUR_6.jpgMaurice LEBRUN
Membre suppléant - 42,76 voix obtenues 


Date de naissance : 05 avril 1954
Siège d’activité : Namur
Statut professionnel : indépendant

Pour avoir déjà défendu avec d’autres notre profession au sein de l’Ordre, je sais que la fonction est difficile, les résultats mitigés et pourtant j’y crois toujours et je veux continuer à me battre :

  • Pour rendre cette institution plus humaine et à l’écoute des architectes ;
  • Pour permettre aux architectes de pratiquer leur métier dans des conditions économiques décentes en rapport réel avec les risques et les responsabilités croissantes qui nous guettent ;
  • Pour une protection de notre statut et notre rôle face à la concurrence effrénée des « clés sur portes », réduisant la fonction de l’architecte à un passage obligé (minimum légal) et au seul profit financier de constructeur ;
  • Contre la prolifération des charges administratives nouvelles, ajoutées à notre mission, sans rémunération supplémentaire ;
  • Contre le quadrillage administratif et réglementaire palliant à l’incompétence des décideurs et nécessitant réunions, compromis, dérogations et recours… pour permettre aux architectes le droit d’être créatif ;
  • Pour un contrôle des marchés de service, afin de supprimer la concurrence basée uniquement sur le bradage des honoraires, et remettre le rôle de l’architecte en valeur, basée sur la créativité, l’innovation, le savoir faire et la compétence esthétique ;
  • Afin que l’ordre soit avant tout au service de l’architecture et de ses membres et soit considéré autrement que comme un outil disciplinaire ;
  • Pour une véritable promotion de notre profession, celle de l’art de construire afin de laisser aux générations futures un patrimoine de qualité ;

 

ELECTIONS_Photos_NAMUR_2.jpgJean-Paul MENTEN
Membre suppléant - 41,90 voix obtenues 


Date de naissance : 29 mars 1958
Siège d’activité : Loyers
Statut professionnel : appointé

Je m’appelle Jean-Paul Menten, j’ai été diplômé en 1981 et je professe en tant qu’architecte depuis 1990.

Mon parcours professionnel m’a fait connaître le monde industriel avant de réellement me lancer dans la carrière d’architecte. Ce passage, un peu forcé par les conditions difficiles du marché de la construction à l’époque, m’a fait découvrir non seulement le monde en général mais le monde du travail en particulier.

De cette expérience, j’ai notamment retenu que nous avons tous besoin de sécurité, de reconnaissance et de challenges pour nous sentir heureux dans notre métier qui prend de plus en plus de place dans notre vie.

Sans vouloir me poser en donneur de leçons, je crois très sincèrement que la profession d’architecte manque quelque peu de ces ingrédients essentiels notamment en terme de sécurité.

Le statut d’indépendant à tous prix ne me semble pas sain et précarise notre métier. J’estime plus que nécessaire d’entamer une vraie réflexion sur ce sujet notamment. L’ordre est à mes yeux une grande institution qui, pour certains points et dans une certaine mesure, s’est installée dans des formes d’habitudes.

Les stagiaires, les jeunes architectes et les moins jeunes doivent pouvoir travailler dans la sérénité, à fortiori avec le métier qu’ils exercent.

En tant qu’architecte, nous sommes de plus en plus soumis à des responsabilités qui jadis ne nous incombaient pas.

En tant qu’architecte, nous sommes contraints d’évoluer dans un marché qui se resserre sans cesse et se complexifie chaque jour.

La pression va grandissante, on ne peut le nier.

Nous nous devons d’encadrer et de rassurer les jeunes architectes si nous voulons que demain, ce métier qui est le nôtre existe toujours au sens noble du terme.


 

ELECTIONS_Photos_NAMUR_3.jpgLuc LUYTEN
Non élu - 33,04 voix obtenues


Date de naissance : 24 juin 1960
Siège d’activité : Namur
Statut professionnel : indépendant

Comme la plupart des architectes, il va de soi que la promotion de l’architecture de qualité et du rôle essentiel de notre profession dans l’art de bâtir sont pour moi une préoccupation majeure.

Il faut pour cela donner des moyens actualisés aux architectes : formation et stage, mais aussi adaptations et clarifications de notre mission, des réglementations urbanistiques, des règles d’accès à la commande publique, un ordre à la fois plus performant face aux décideurs et plus proches des architectes, … 

Au sein des conseils provinciaux, ces débats essentiels sont évidemment tenus et transmis au Cfg-OA mais le travail de terrain et donc de proximité reste ce qui prend le plus d’énergie à la plupart des mandataires à l’écoute des consœurs et confrères.  L’accompagnement des stagiaires et jeunes architectes est également pour moi une priorité qui doit prendre l pas sur le volet disciplinaire.


 

Sans-titre-1.jpgJean LIARD
Non élu - 32,08 voix obtenues 


Date de naissance : 22 mars 1957
Siège d’activité : Namur
Statut professionnel : indépendant

L’ordre, je l’ai pratiqué pendant un certain nombre d’années.
C’est un organisme qui reste lourd et lent mais c’est le seul que nous ayons.

D’un autre coté, depuis la scission de celui-ci, le plus gros des querelles intestines entre la Flandre et la Wallonie se sont éteintes.

Les énergies peuvent donc se consacrer à des choses plus essentielles, concrètes et quotidiennes.

Ma préoccupation précédente a été, entre autre, de maintenir l’encadrement et l’écoute des stagiaires en lieu et place d’un examen de fin de stage inutile.

Si je devais rempiler, je souhaiterais, par exemple, travailler avec les administrations pour faire connaître la position de l’Ordre dans l’élaboration des rédactions de concours ou d’appels d’offres censés et décents. Mais je serai disponible pour toutes autres tâches que l’on m’assignera. 


 

En savoir plus sur les résultats des autres provinces ?

  •   Voir les résultats dans les autres provincesVers les autres provinces

  •