La profession d'architecte est une profession protégée et reconnue, au même titre que les avocats et les médecins. Et l'Ordre des Architectes y veille. Voici un des derniers cas en date d'usurpation du titre.

OA - Actualité - Faux architecteLa news ci-dessous est reprise d'un article publié sur le site rtbf.be, en date du 12 avril 2016.

Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné mardi par défaut Madame X, qui sévissait dans la région de Waterloo et de Lasne en 2012 et 2013, à trente mois d'emprisonnement ferme et à une amende de 6000€. Son arrestation immédiate a également été ordonnée. La prévenue était poursuivie pour avoir fait croire qu'elle était en droit d'exercer la profession d'architecte, pour faux et usage de faux et pour escroquerie. Omise du tableau des architectes en 2002, elle continuait à exercer certaines tâches, à établir des plans et à signer des demandes de permis.

C'est l'Ordre des Architectes qui, par un courrier adressé en septembre 2013 au procureur du Roi du Brabant wallon, a dénoncé Madame X. La prévenue a réussi des études d'architecture mais avait été suspendue pour deux ans, en 2000, du tableau de l'Ordre. Elle ne s'y est jamais réinscrite. En 2012 et 2013 cependant, elle a établi des plans pour des habitants de la région de Lasne et de Waterloo. Elle a également signé une demande de permis pour une extension d'immeuble en se prévalant d'un titre d'architecte, ou encore établi des documents pour la régularisation d'un car-port.

"Des faux manifestes", avait constaté le ministère public à l'audience, en soulignant que la prévenue avait déjà été condamnée pour des faits de même type en 2006 à Bruxelles, puis à nouveau en 2015.

A l'heure actuelle, la prévenue a fait opposition. Affaire à suivre...